Quel surcoût pour les familles suite aux nouveaux tarifs scolaires ?

Catégorie parente: ROOT
Création : mardi 25 octobre 2016 20:40
Mis à jour : vendredi 28 octobre 2016 14:35
Publication : mardi 25 octobre 2016 20:40
Écrit par Administrateur
Affichages : 1073

Au terme d’une année d’application, la nouvelle grille tarifaire de la restauration scolaire, de la pause méridienne et des accueils de loisirs se solde par un surcoût  pour plus de 80% des familles saint-mauriennes.

Rappel des faits : en juin 2015, la modification de la grille avait fait grand bruit au Conseil municipal du 25 juin.

Absence de concertation  pour les parents d’élèves et leurs Fédérations à l’unisson, venus manifester en grand nombre ; informations insuffisantes pour évaluer les impacts de cette nouvelle grille tarifaire, vives inquiétudes sur les effets de seuil qui induiraient d’importantes augmentations pour les familles,  demande de report de la décision pour réflexions supplémentaires,  rien n’y fit (cf l’ancienne et la nvelle grille Point 34 http://www.saint-maur.com/IMG/pdf/cm_25_juin_2015_pdf_notices.pdf).

La majo municipale, comme il était à prévoir, resta « droite dans ses bottes » argumentant sur la pertinence de sa proposition (meilleure adaptation aux revenus des familles et création d’un tarif très social), le tout « enrubanné » de digressions sur la dette de la ville, la fiscalité, etc… et sur le caractère  politique de la décision. 

Réaction de tous les élus non-membres de la majo municipale : vote Contre.

Le bilan de la nouvelle grille tarifaire, après plusieurs réclamations du Groupe « Saint-Maur écologique et solidaire »,  est enfin « tombé » au Conseil municipal du 22 septembre 2016.  Qu’en est-il d’après les éléments transmis et sans prise en compte des effets de seuil de revenus ?

 

- 17% des familles (soit 334) inscrites aux activités concernées, payent moins cher et la moitié d’entre-elles (soit171) bénéficient du  (nouveau) tarif très social  (ex : 0,64 €/repas). En bénéficient (à titre d’exemple), les familles bénéficiant d’un RSA pour un couple avec 1enfant et aide au logement, c’est à dire 924,98 € de revenu pour 2,5 parts fiscales, soit un quotient familial de 369,99 €),

 

-  30% des  familles  (inscrites aux activités concernées) ont vu  leur facture progresser de 10 à 20%, voire davantage pour quelques unes : il s’agit  des familles passées dans les tranches les plus élevées,

 

- 53% des familles (inscrites aux activités concernées) ont enregistré une augmentation certes plus modérée de leur facture, mais une augmentation quand même.

 

Quels enseignements tirer de cette situation ?

 

- Faire payer la cantine et les activités périscolaires, même très peu cher,  aux familles dont le revenu +aide au logement ne dépasse pas 369,99€/mois (exemple d’un couple avec enfant), est-ce « raisonnable » ? Pourquoi pas la gratuité dans de tels cas ?

 

- Payer plus cher la cantine et les activités périscolaires : est-ce pour les 80% de familles concernées, contribuer à rétablir les comptes de la commune ou bénéficier (par exemple) d’une meilleure qualité des produits ? Produits bio, par exemple, à la cantine puisque actuellement le bio se limite à un yaourt par mois.

 

- Il n’y a pas de grille parfaite et les effets « pervers » sont souvent difficiles à anticiper. Alors pourquoi nier l’intérêt de se passer de l’intelligence de tous les élus et vouloir décider seul sans concertation ; en d’autres termes, vouloir passer en force ?

 

Tout ceci est bien loin des déclarations sur la priorité qui serait donnée aux familles et à la jeunesse saint-mauriennes dans la politique municipale (cf Budget primitif 2015) !

Les Comptes 2016 seront à cet égard révélateurs car les Recettes municipales correspondantes (Ch 922 et 924) devraient progresser de manière significative suite à cette nouvelle grille tarifaire.

L’illustration de ce qu’entend la majo municipale lorsqu’elle affirme que la politique familiale, l’enfance, etc.. sont ses priorités ?

En attendant, les familles  payent …

 

Elisabeth Bouffard-Savary

Conseillère municipale