Les échos du Conseil Municipal du 21 novembre 2019

Catégorie parente: Conseil municipal
Création : mardi 3 décembre 2019 10:40
Mis à jour : mardi 3 décembre 2019 21:42
Publication : mardi 3 décembre 2019 10:40
Écrit par Elisabeth Bouffard-Savary
Affichages : 252

Les échos du Conseil municipal du 21 novembre 2019

Pour écouter le Conseil municipal https://www.youtube.com/watch?v=bku5xZyACSM&list=PLvy2kWghNd7O0-fgH3T1i3qCK62ax0K4Z&index=2&t=0s 

 

 Tout d’abord, nos deux  Questions d’actualité,  sachant que notre groupe est le seul désormais à en poser :

           1/ Le Contrat de Mixité sociale avec l’Etat est-il signé ? Amorcé au Conseil municipal du 6 février, le Maire confirme qu’il n’est toujours pas signé. Pourquoi ? Pas de réponse ; si ce n’est d’indiquer que ce n’est pas obligatoire, que des propositions ont été faites à l’Etat (Conseil municipal du 4/7/2019) (que notre groupe n’a pas validé), et minimisant l’impact d’un désaccord avec l’Etat.

Pour mémoire, le Contrat de Mixité Sociale fixe la politique de la ville en matière de création de logements sociaux, en termes d’objectifs, de méthodes et de moyens afin de répondre aux besoins de la population.

            2/ Aménagement des Quais de la Pie et square des Rupins

La situation actuelle sur le quai de la Pie remet en cause 3 points du projet initial : la piste cyclable est interrompue au profit de 2 voies routières montantes vers le Pont de Bonneuil, les trottoirs et les bandes de roulement réalisées pour vélos et voitures ne permettent pas l’infiltration des eaux de pluie, les quais sont considérés comme zone 30 mais aucune signalisation horizontale ne le rappelle et aucun obstacle (à une exception près) n’oblige à la réduction de vitesse des véhicules.

Quant au square des Rupins, le parc paysager prévu de 2675m2, avec ouverture sur le Marne et activités pour les enfants, n’est à ce jour de 1800m2 et la question se pose du calendrier de la réalisation finale de ce projet.

Stratégie d’évitement du maire, répondant à côté, nous accusant de manière infondée, de ne pas avoir voté le projet, etc..

 

Mais l’essentiel était à venir.  Parmi les 57 points du Conseil municipal, plusieurs sujets sont à mettre en évidence :

            - à quelques encablures des élections municipales, les nombreux Bilan d’actions municipales inscrits à l’ordre du jour ne sont ni plus, ni moins, que de la propagande électorale.

C’est ainsi que pour la première fois, un Bilan de la politique Seniors, du Conseil Consultatif des jeunes, de la Politique sociale, des Orientations de la gestion des ressources humaines, sont soumis au vote du Conseil Municipal. Certains de ces bilans comme celui de la politique sociale, étant même en grande partie un copié-collé d’une notice déjà votée en mai 2019.

Qui plus est, tous ces bilans sont lus en intégralité contrairement aux autres notices dont la présentation se limite le plus souvent au titre.

Pourquoi ? Pour le public présent dans la salle, et pour le Conseil municipal diffusé en vidéo

 

Sauf que le Code électoral (Art. 152-1) interdit aux collectivités publiques de mener des actions de propagande pendant les 6 mois qui précèdent une élection.

Des bilans de mandat, d’activité ? Oui, sans problème mais en débat public, et certainement, pas sein du Conseil municipal.

 

Pour cette raison, après avoir expliqué notre position, nous avons refusé de prendre part aux votes relatifs à ces bilans (Points 3, 4, 5, 19 et 38) ;

 

            -  à quelques encablures des élections municipales, un Budget supplémentaire fait jaillir 42M€ des comptes municipaux (dont 30M€ de Fonctionnement) ! Mis  lourdement en communication faite d’affirmations péremptoires et de ritournelles martelées, ce surplus « magique » est, sans aucun foute, destiné convaincre les électeurs des vertus de la majorité municipale en matière de gestion. (Point 17)

Un excédent de fonctionnement 2018 capitalisé + un résultat antérieur (2018) non reporté, (des Recettes jamais vues auparavant !) + un autofinancement supplémentaire grâce à des recettes « non prévues ». Et voici 30M€ qui n’étaient pas prévisibles en février 2019, lors du vote du Budget Primitif ????

Et voici, que « par miracle », la ville se retrouve en capacité  de rembourser par anticipation un peu de dette : 14,75 M€ ?

Mais une meilleure prévision budgétaire n’aurait-elle pas permis d’éviter d’emprunter 10M€ en 2018, et encore 5M€ cette année ? Emprunter à certains pour rembourser à d’autres, cela à un nom ....  « Qu’importe ! », disent-ils.

L’objectif est de créer la surprise auprès des électeurs. Communiquer, afficher, qu’importe la réalité ! Etre généreux à la veille des élections !

La dette en baisse ?  Mais,  les chiffres officiels, ceux qui figurent dans les Comptes et non sur la propagande électorale sont têtus : en 2015,  l’endettement total de la ville (capital restant du) était de 263M€ ; en 2019, l’endettement total de la Ville est  toujours de 263M€.

Là encore, discours romanesques, vérités travesties, discours trompeurs, ....   jusqu’au malaise.

Quant à la baisse de  900 000€ de la dette SRU (amende pour manque de logements sociaux) ?

« C’est la preuve que nos efforts en matière de logements sociaux sont reconnus » déclame la majorité municipale. Enormité ! Cette baisse est liée au fait que l’amende est plafonnée à 5% du montant des dépenses réelles de fonctionnement de la commune de l'année précédente.

Vote Contre pour les finances.

            - autres points : le prolongement à 2022 du Contrat de Ville en faveur du Quartier prioritaire des Rives de la Marne (« Pont de Créteil ») (Point 7), une subvention à la clinique Gaston Métivet à laquelle nous avons donné un avis favorable mais avec réticence compte tenu de la situation des hôpitaux publics (Point 10) ; le projet éducatif Territorial 2019-2022 (Point 29) ; un projet de Convention de mise à disposition de 4 courts de tennis au stade Paul Meyer pour construire une plate-forme multi-raquettes et un restaurant : accord sur le principe mais Abstention en raison du déroulement des modalités de ce projet (Point 28) ; un nouvel appel d’offres pour des travaux dans l’enceinte du stade Chéron dont nous nous sommes très étonnés :  300 000€ d’aménagement paysager !!! (Point 43)

Elisabeth Bouffard-Savary

Groupe St Maur écologique et Solidaire

Achevé de rédiger le 24 novembre 2019

 

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données