Actu locale Vie locale

Pour un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) acteur rayonnant des solidarités locales (à paraître)

Creusement des inégalités, déploiement de la précarité : l’action sociale est plus que vitale.

Le Département consacre 730 M€ (50% de son budget) à l’aide sociale et au financement des «aides légales» ; localement des bénévoles (Secours Catholique, St Vincent de Paul, Secours populaire,.. ) soutiennent les Saint-Mauriens en difficultés ; le CCAS, outil de la politique sociale de la ville, renseigne les «aides  légales» (RSA, MDPH, AME, APA,..), il attribue des aides facultatives (secours d’urgence, allocation de nécessité, soutien ponctuel à la vie quotidienne), assure la domiciliation, gère 8 logements-passerelle, 2 résidences pour personnes âgées, alloue des bourses aux étudiants saint-mauriens, aide l’épicerie solidaire, .. .

Lieu de convergence, de coordination et d’action sociale, le CCAS doit agir en toute équité et garantir à tous nos concitoyens, sans exception, notre totale solidarité. Pour ce faire, il doit être «central» (actuellement, 94, bd de Bellechasse - 01 53 48 19 14), ses dispositifs d’aide largement diffusés auprès des Saint-Mauriens, son budget abondé (la ville attribue 1,3M€ au CCAS, moins de 1% de son budget) et ses agents, soutenus et renforcés.

Elisabeth Bouffard-Savary

 

 

 

 

Crue, vanne anti-crue et question de principe

Avec 318 ha de zones inondables, Saint-Maur est la première ville concernée par la vanne anti-crue destinée à notamment limiter (-40 cm) la montée des eaux dans la boucle de la Marne. Normal que qu’elle soit également la première à regretter que cette vanne, dont la pose prévue au printemps 2017 n’est intervenue qu’en octobre, soit encore en phase de test.

Délais de construction ?

En tout cas, le retard dans le bouclage du financement (3,5 M€ dont 500 000€ pour les communes concernées) n’a certainement pas aidé. Saint-Maur  en est l’exemple : ce n’est qu’au Conseil municipal du 23 mars 2017 que le maire, Sylvain Berrios, a finalement mis au vote la contribution (170 000€) de la ville au financement de « ce truc"  (dixit le Maire) ; « ce truc » désignant la vanne anti-crue qui aujourd’hui fait cruellement défaut.

Lire la suite : Crue, vanne anti-crue et question de principe

Olivier Place : "A l'assemblée, je serai un élu Constructif et Exigeant"

Trois ans de mandat municipal … et après

 

Notre groupe siège au conseil municipal avec assiduité et convictions, présent dans les modestes instances que la majorité municipale a bien voulu lui entrouvrir. Car, malgré un semblant de pratique démocratique, aucune responsabilité ne nous est confiée. Nos demandes sont fréquemment rejetées et nos questions transformées trop souvent en polémiques anti-gouvernementales.

Si les finances de la ville ont été assainies, largement grâce à l’Etat, l’endettement s’est alourdi ; certes, la ville coopère au sein de l’ETP Paris Est Marne et Bois mais à minima, comme le revendique le maire, vice-président et député ; certes des projets avancent, mais si lentement .. ; les mesures écolo qui tentent de « verdir » la ville ne sont pas à la hauteur des enjeux ; enfin, le logement dit social est toujours mal aimé : cette année 4 M € de pénalités auraient pu servir à la construction d’équipements pour les st mauriens.

Et après ? Nous sommes loin de la ville de référence, exemplaire et innovante que nous projetions.

Bien que déçus et frustrés par l’inefficacité du temps consacré, nous, élus, poursuivons sans faillir notre engagement, l’inverse serait contraire à la fidélité et à la loyauté qui, en politique, nous animent.

 

Catherine Thèves

http://www.pssaintmaur94.org

 

Législatives 2017 : meeting de campagne avec Christiane Taubira

Sous-catégories

Copyright ©2018 pssaintmaur94.org
f t g m