Bienvenue sur le site PS de Saint-Maur-des-Fossés Non catégorisé

Bienvenue à Saint-Maur aux migrants !

Notre ville de Saint-Maur va accueillir une centaine de migrants du 20 septembre au 21 octobre

prochains, au Gymnase Noël réquisitionné pour la circonstance par le Préfet.
Le Maire, Sylvain Berrios, dans un communiqué (14/9/2018), s’inclinant par obligation devant cette
décision du Préfet, s’alarme des conséquences notamment sur la pratique sportive des élèves des
écoles élémentaires, des collégiens et lycéens qui fréquentent ce gymnase. Certes, pendant un mois,
les activités sportives vont devoir être réorganisées et un délai plus « confortable » aurait été le
bienvenu.
Mais, malgré cet effort, dont l’importance ne peut être sous-estimée, il aurait été digne, humain et
surtout moins scandaleux de la part du maire d’afficher la solidarité de la ville et de ses concitoyens
en accueillant avec générosité ces migrants plutôt que de déclarer « demander aux services de l’Etat
de veiller à la sécurité, notamment par un renfort des patrouilles de police nationale » et vouloir
mobiliser la police municipale ; ce qui revient à présenter ces migrants comme « dangereux » aux
yeux de la population.

Lire la suite : Bienvenue à Saint-Maur aux migrants !

Les échos du Conseil Municipal du 28 juin 2018

Voir également les Questions d’actualité du Groupe « Saint-Maur écologique et solidaire » 28 juin 2018, l’enregistrement vidéo de la séance et le Compte-rendu analytique pour les votes.

Le point saillant de ce Conseil municipal fut, sans aucun doute, le vote du Contrat financier entre la commune et l’Etat (Point 14), débattu à la suite du Compte Administratif 2017 (Point 13).

Aucun document n’avait été transmis auparavant aux élus de l’opposition. Débat à l’aveugle puisqu’aucune simulation financière n’a été remise, notamment sur la réduction de la capacité de désendettement de la ville de 23ans (en 2018) à 12 ans (en 2024) alors que chaque foyer fiscal saint-, y compris les plus modestes, paye déjà quelques 700€/an pour ce désendettement. vote Contre pour ce qui nous concerne (élus de Gauche) et Abstention pour les autres élus de l’opposition (Div. droite).

La majorité municipale dans une posture acrobatique, inédite et en totale contradiction avec sa traditionnelle posture anti-Etat -celui-ci étant jugé comme un obstacle à la liberté de Saint-Maur- a revendiqué une volonté de travailler avec les services de l’Etat ……. Faut-il que les finances soient « cornérisées » et les marges de négociation avec l’Etat inexistantes, notamment en regard de la loi SRU, pour engager la ville dans une telle contractualisation. Sans doute la majorité municipale, malgré sa version romancée de ses relations avec l’Etat, n’avait-elle pas d’autres choix.

Concrètement, la progression des dépenses de fonctionnement ne doit pas excéder 1,025% par an au cours des 3 prochaines années (2018-2020) et la capacité de désendettement de la ville doit s’inscrire dans une trajectoire qui lui permette d’être ramenée à 12 ans en 2024. (voir également : Saint-Maur : les élus de Gauche votent Contre la contractualisation avec l’Etat).

Quelques autres éclairages avec tout d’abord une note d’ambiance : 67 points à l’ordre du jour ; certains ont même échappé au débat, tellement les notices étaient annoncées rapidement et « expédiées » au vote. Une marque supplémentaire si cela était nécessaire du peu de respect que le maire porte à ce Conseil et aux élus et électeurs qui ne sont pas de sa majorité.

Lire la suite : Les échos du Conseil Municipal du 28 juin 2018

La politique du logement à Saint-Maur : gabegie et aveuglement

6,4 millions€ d’amende pour non respect d’une loi –la loi SRU- qui vise à assurer un logement décent à chacun de nos concitoyens, telle est la conséquence de la frigidité de la majorité municipale à l’égard du logement social.

6,4 millions€, c’est l’équivalent (à 1 million près) de la Dotation Globale de Fonctionnement que l’Etat verse à la ville pour son fonctionnement ; 6,4 millions€ d’amende, c’est l’équivalent des investissements budgétés pour les écoles et la petite enfance pour 2018 : 6,4 millions€ d’amende, c’est le ¼ des impôts fonciers payés par les Saint-Mauriens ; 6,4 millions€ d’amende, ce sont des services publics en moins, des investissements en moins et … obligatoirement, de nouveaux emprunts, synonymes de nouvelles charges financières.

Lire la suite : La politique du logement à Saint-Maur : gabegie et aveuglement

Questions d’actualité du Groupe « Saint-Maur écologique et solidaire » 15 février 2018

 

Question n°1- Fermetures /ouvertures de classes à Saint-Maur à la rentrée 2018/2019 : quelle analyse ?

« Monsieur le Maire,

Plusieurs classes  pourraient être fermées à la rentrée 2018-2019 : 3 en Maternelle (à Champignol, La Pie et Nicolas Gatin) et 3 en Primaire (Le Parc Est, Les Mûriers, Diderot) ? La confirmation de ces projets de fermetures devrant intervenir en mai prochain.

Comment analysez-vous cette situation ?  Y aurait -t- il lieu à s’y opposer ?

Réponse du maire (résumé ; voir la vidéo de retransmission pour l’intégralité des propos) : les évolutions d’ouverture/fermeture sont généralement liées aux fluctuations démographiques. Les ouvertures/fermetures  ne seraient pas un sujet si l’objectif «  Plus de maître que d’école » ne  risquait  d’être au détriment de villes comme Saint-Maur, considérées comme « privilégiées » ;  les enseignants étant plutôt affectés au ZEP. Puis de déplorer le manque d’enseignants et leur remplacement par des vacataires. Le maire dit être en relation avec les directrices d’école à ce sujet.

Commentaire : Concernant le manque d’enseignants, c’est oublier la fermeture des IUFM sous la présidence Sarkozy.

 

Question n°2 – Sortie de Saint-Maur d’Infocom : quel coût pour la ville alors que les finances sont en situation plus que difficile

 

« Monsieur le Maire,

 

- Quel est à ce jour  le coût total des frais d’avocats et de conseil engendrés par la sortie de la ville du Syndicat Infocom,  processus que vous avez engagé avec la majorité du conseil municipal en novembre 2015 ?

Et pour 2018, vos déclarations dans la presse mentionnent que la ville va saisir la justice, soit de nouveaux des frais supplémentaires…. Et tout cela dans un contexte dans lequel  on ne cesse d’entendre de partout qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses de la ville.  

 

 Ce faisant, vous engagez la ville dans un processus fort coûteux alors que la situation apparaît bloquée : après 2 ans de négociation, les membres du Syndicat ont voté Contre la sortie de Saint-Maur à une majorité écrasante (26 sur 33 voix),

 

- N’y-a-t-il pas moyen d’avoir une position plus conciliante pour sortir de cette situation ?

A cette occasion, on ne peut que s’interroger, de nouveau, sur le fait que la ville ait abandonné la présidence de ce syndicat, présidence qu’elle assurait depuis fort longtemps et encore en 2015, lorsqu’elle a entamé sa démarche de retrait, alors que cette présidence lui permettait d’orienter le fonctionnement de ce syndicat en fonction de ses propres attentes».

 

Réponse du maire (résumé ; voir la vidéo de retransmission pour l’intégralité des propos) : Long développement sur les raisons de la ville de souhaiter sortir d’Infocom, soulignant notamment le coût (600 000€ en logiciel + 1,1 M€ pour les services informatiques internes). Parmi les raisons de sortie d’Infocom, est cité le fait de vouloir développer des application Smartphones pour le portail famille,, un outil qu’Infocom ne souhaiterait pas développer ; autre exemple, une application plus simple pour les congés des agents.

Quant aux coûts d’avocats et conseils, il serait de 31 000€pour la ville.

Commentaire : les motivations semblent disproportionnées en regard du coût de la sortie et du temps passé. Pas de réponse précise sur  une position plus conciliante qui permettrait à la ville de sortir plus « confortablement ».

 

 

Question n°3 – Vente  de la Maison des associations : quelle occupation avant démolition ?

 

« Monsieur le Maire,

Le cahier des Charges de la vente de la Maison de Quartier prévoit le dépôt de permis de démolir et de construire au plus tard au 30  juin 2019 (Article 15 - Conditions particulières).

Par ailleurs, il a été indiqué jusqu'à  présent aux associations qu’elles n’auraient plus accès aux lieux au 31 juillet 2018.

 

- Toutes les assos ont-elles été reçues et des solutions leur ont-elles été proposées ?

 

-  Pourrait-on envisager une occupation précaire des lieux jusqu’en juin 2019, ou pour le moins jusqu’au dépôt de permis de construire, puisque les locaux resteront vacants jusqu’à cette date ; ceci permettrait aux associations de continuer à utiliser les salles ? « 

 

Réponse du maire (résumé ; voir la vidéo de retransmission pour l’intégralité des propos) : un projet devrait être présenté incessamment : les associations seront informées. La date est au 31 juillet 2018. Pas d’occupation précaire.

Commentaire : « Circulez, il n’y a rien à voir »

Cession de la distribution de l’eau à Véolia – Qui a vu sa facture baisser ?

La distribution de l’eau, initialement assurée par le Service Municipal, a été depuis mi 2016, cédée à la société Véolia. M. Berrios, maire de Saint-Maur des Fossés, a déclaré que le prix de l’eau serait même plus faible avec Véolia qu’en régie municipale. Un an après cette cession l’examen des factures permet d’en douter, du moins pour la plupart des consommateurs…

Commençons par la période écoulée de mi 2010 à mi 2016 durant laquelle la distribution était facturée par le Service Municipal : le prix complet T.T.C (€/m3) est représenté par les ronds bleus sur le graphique ci-dessous.

Graphique 1

 



Le montant facturé est strictement proportionnel à la quantité d’eau consommée : si la consommation est doublée, le prix est multiplié par 2. On constate que durant cette période, le prix est passé d’environ 4 à 4,5 €/m3, soit un glissement d’environ 2,2% par an. Cette évolution très significative résulte principalement de l’accroissement du coût de la collecte et du traitement des eaux usées qui représente près de la moitié du coût complet alors que celui de la production et de la distribution de l’eau potable n’a pratiquement pas varié au cours des 6 années examinées1.

Passons à présent à la période ‘Véolia’ (début juillet 2016 à fin septembre 2017) matérialisée sur le 1 par les triangles rouges. Contrairement au cas du Service Municipal, le tarif de la production et de la distribution pratiqué par Véolia se décompose en un abonnement (part fixe indépendante de la consommation) et un terme proportionnel à la consommation. Conséquence de la part fixe, le prix au m3 baisse lorsque la consommation augmente ; nous y reviendrons plus loin. Notons que les triangles rouges du 1 représentent le prix au m3 basé sur une consommation annuelle de 100 m3 (approximativement celle d’un foyer de 2 personnes2).

On peut aussi constater sur le 1 que la première facture de Véolia (3ème trimestre 2016) est sensiblement plus élevée que les suivantes, l’abonnement trimestriel étant compté 2 fois : une fois pour le trimestre passé et une deuxième fois pour celui à venir ; autrement dit, à chaque fin de trimestre, le consommateur avance à Véolia le montant de l’abonnement du trimestre suivant3. On est en droit de s’interroger sur les conditions de restitution de cette avance lors de la rupture d’un abonnement.

Le 2 compare le prix de l’eau au m3 pratiqué par Véolia au 3ème trimestre 2017 (c’est-à-dire hors double abonnement) à celui pratiqué par le Service Municipal remis à jour à cette même période4.

Graphique

 

 



On en tire le constat suivant :

  • Consommation annuelle de 140 m3 : hormis l’avance sur l’abonnement faite à la 1ère facture, les prix Véolia et Service des Eaux sont égaux ; la cession à Véolia se traduit par aucune différence sur le prix de l’eau ;

  • Consommations annuelles supérieures à 140 m3 : la cession à Véolia se traduit par une baisse de la facture : pour 200 m3/an, la baisse représente 1,7% du prix total T.T.C ;

  • Consommations annuelles inférieures à 140 m3 : la cession à Véolia se traduit par une augmentation de la facture :

  • pour 100 m3/an, typiquement un foyer de deux personnes, la hausse correspond à 2,2% du prix total T.T.C ;

  • pour 54 m3/an, typiquement une personne seule, la hausse correspond à 9% du prix total !!!

En résumé, la cession de la distribution d’eau potable à Véolia n’est absolument pas neutre sur le prix de l’eau : l’introduction d’un abonnement payable à l’avance pour le trimestre à venir revient à une avance de trésorerie consentie par le consommateur à Véolia dont la justification est pour le moins discutable ; le montant de cet abonnement, indépendant du volume consommé favorise les gros consommateurs qui voient leur facture baisser au détriment des autres, en particulier les plus frugaux pour lesquels la hausse atteint des proportions inacceptables.

 

 

 

 

1 Le prix facturé comporte trois termes dont les poids respectifs sont les suivants :

  • Production et distribution de l’eau potable : 35% à 38% du prix total ;

  • Collecte et traitement des eaux usées : 45% à 48% du prix total ;

  • Versement aux organismes publics (pollution, modernisation des réseaux, développement des voies navigables, soutien d’étiage) : 17% à 18% du prix total.

 

2 La consommation moyenne d’eau à Saint-Maur étant de 54,3 m3/an/personne.

 

3 A noter que les fournisseurs historiques d’énergie (EDF pour l’électricité et GDF pour le gaz) n’ont jamais eu recours à ce type de pratique.

 

4 Cette remise à jour consiste à corriger le prix de la dernière facture du Service des Eaux (1er trimestre 2016) comme suit :

  • Production et distribution de l’eau potable : prix 1er trimestre 2016 reconduit à l’identique car inchangé depuis 6 ans ;

  • Collecte et traitement des eaux usées : prix identique à facture Véolia 3ème trimestre 2017 ;

  • Versement aux organismes : prix identique à facture Véolia 3ème trimestre 2017.

 

 

Copyright ©2018 pssaintmaur94.org
f t g m