CM 23 mai 2019 Point 18 Rapport sur l’amélioration qualitative de l’offre de restauration scolaire (Intervention d’Elisabeth Bouffard-Savary – Groupe Saint-Maur écologique et solidaire)

Conseil municipal du 23 mai 2019

Point 18 - Rapport sur l’amélioration qualitative de l’offre de restauration scolaire
(Intervention d’Elisabeth Bouffard-Savary – Groupe Saint-Maur écologique et solidaire)
« Monsieur le Maire,
- Les efforts menés par les services de la ville en matière de restauration scolaire sont
incontestables.
Ces progrès résultent à notre sens de la conjonction de plusieurs facteurs : la loi
Alimentation qui oblige à introduire le bio dans la restauration scolaire, à expérimenter des
plats végétariens une fois par semaine ; 2 ème facteur : une réelle prise de conscience nous
l’espérons, de votre majorité et des services municipaux et 3 ème facteur, la prise en compte des
demandes et suggestions des membres de la commission Menus.
En effet, nous demandions depuis plusieurs années, de manière systématique, davantage de
produits bio. En 2017, il n’y a pas si longtemps, il y avait un produit bio par mois ; et en
réponse à nos demandes de renforcement il nous était opposé l’impossibilité de faire
autrement (absence de fournisseurs et trop cher, etc..) ; encore à cette époque, pas si lointaine,
le bio était considéré comme un phénomène de mode.
Aujourd’hui, les progrès sont significatifs et qui plus est, le coût moyen des matières
premières a diminué et l’offre des producteurs se renforce, initiant un cercle vertueux.
L’action éducative se renforce, notamment au travers de la lutte contre le gaspillage
alimentaire qui atteint de bons résultats ; et actuellement, le tri « bio-déchets » se met en place
dans les cantines grâce à l’EPT, etc..
Tout cela va dans le bon sens et doit permettre à la ville, c’est ce que nous souhaitons,
d’atteindre les 100% bio dans un avenir proche. De nombres villes le font y compris en Ile de
France, à Paris ; pourquoi pas à Saint-Maur ? Cela relève d’une volonté politique.
- Une question, un commentaire sur des marges de progrès et quelques propositions :
- une question de compréhension : (page 3) le passage en pain bio fin novembre 2018
a permis (je lis) de passer de 1 à 2 produits bio par repas : pas de problème. Et vous indiquez :
soit au total de passer de 43% de produits labélisés dont 18% de bio a 68% de produits
labellisés dont 30% de bio. Pour faire simple : quelle est la part du bio en 2017 et quelle est-
elle aujourd’hui ?
- souligner des progrès à mettre en oeuvre : (p 5)
- concernant l’approvisionnement en circuit court, il est indiqué que les fruits
en pleine saison (clémentine, pêche et nectarine) sont issus de circuit court .... mais
l’approvisionnement est en provenance d’Espagne....Peut mieux faire.
- s’agissant des marchés publics. L’indicateur d’évaluation est le % de
référence bio sollicitées dans les nouveaux marchés ; ils augmentent certes de l’ordre
de +10% à +12% selon les produits mais comme antérieurement, ces références
étaient quasi-inexistantes, de grands marges de progression demeurent. Même
observation pour les « Volailles fraîches » pour lesquelles il est indiqué qu’il n’existe
pas de références en bio. Les services se sont-ils rapprochés des AMAP (Associations
pour le maintien d'une agriculture paysanne) sachant que de nouveaux éleveurs de
volailles notamment locaux se développant, et leurs offres peuvent devenir rapidement
compatibles avec les quantités demandées par une restauration collective.

Copyright ©2019 pssaintmaur94.org
f t g m