Bienvenue sur le site PS de Saint-Maur-des-Fossés

Les échos du Conseil Municipal du 28 juin 2018

Catégorie parente: ROOT
Création : dimanche 8 juillet 2018 23:15
Mis à jour : lundi 9 juillet 2018 12:14
Publication : dimanche 8 juillet 2018 23:15
Écrit par Elisabeth Bouffard-Savary
Affichages : 1571

Voir également les Questions d’actualité du Groupe « Saint-Maur écologique et solidaire » 28 juin 2018, l’enregistrement vidéo de la séance et le Compte-rendu analytique pour les votes.

Le point saillant de ce Conseil municipal fut, sans aucun doute, le vote du Contrat financier entre la commune et l’Etat (Point 14), débattu à la suite du Compte Administratif 2017 (Point 13).

Aucun document n’avait été transmis auparavant aux élus de l’opposition. Débat à l’aveugle puisqu’aucune simulation financière n’a été remise, notamment sur la réduction de la capacité de désendettement de la ville de 23ans (en 2018) à 12 ans (en 2024) alors que chaque foyer fiscal saint-, y compris les plus modestes, paye déjà quelques 700€/an pour ce désendettement. vote Contre pour ce qui nous concerne (élus de Gauche) et Abstention pour les autres élus de l’opposition (Div. droite).

La majorité municipale dans une posture acrobatique, inédite et en totale contradiction avec sa traditionnelle posture anti-Etat -celui-ci étant jugé comme un obstacle à la liberté de Saint-Maur- a revendiqué une volonté de travailler avec les services de l’Etat ……. Faut-il que les finances soient « cornérisées » et les marges de négociation avec l’Etat inexistantes, notamment en regard de la loi SRU, pour engager la ville dans une telle contractualisation. Sans doute la majorité municipale, malgré sa version romancée de ses relations avec l’Etat, n’avait-elle pas d’autres choix.

Concrètement, la progression des dépenses de fonctionnement ne doit pas excéder 1,025% par an au cours des 3 prochaines années (2018-2020) et la capacité de désendettement de la ville doit s’inscrire dans une trajectoire qui lui permette d’être ramenée à 12 ans en 2024. (voir également : Saint-Maur : les élus de Gauche votent Contre la contractualisation avec l’Etat).

Quelques autres éclairages avec tout d’abord une note d’ambiance : 67 points à l’ordre du jour ; certains ont même échappé au débat, tellement les notices étaient annoncées rapidement et « expédiées » au vote. Une marque supplémentaire si cela était nécessaire du peu de respect que le maire porte à ce Conseil et aux élus et électeurs qui ne sont pas de sa majorité.

La gestion des parkings souterrains et du stationnement en surface est finalement confiée à  Indigo dans le cadre d’une DSP (Délégation de Service Public) (Point 4). Une démarche que nous soutenons dès lors que les tarifs demeurent contrôles par la ville sachant que celle-ci s’est avérée incapable de gérer à l’équilibre cette infrastructure. En tout cas, l’échec de la 1ère DSP a coûté fort cher aux Saint-Mauriens :  déficit à financer, frais d’avocats, dédommagements, etc ; tout cela par manque de vigilance ..

Le Rapport d’activité 2017 des services municipaux (Point 3) : cette publication annuelle donne toujours lieu aux félicitations des élus, toutes sensibilités confondues. C’est un très bel outil d’information pour  les Saint-Mauriens désireux de connaître le fonctionnement des services publics dont ils bénéficient ; encore faut-il qu’il soit publié sur le site de la ville, ce qui n’est pas le cas pour les éditions précédentes.

Baisse de 5% des subventions aux associations (hors sports) (Point 17), une baisse ciblée sur les « Interventions sociales et santé » qui endossent 97% de cette baisse (-24 655€). Sans s’économiser le moindre abus de langage, la majorité municipale présente cette baisse comme « … l’inscription des associations dans  l’effort de rigueur budgétaire de la ville… », alors que ces baissent sont imposées, et non volontaires. De même, alors que la majorité municipale communique sur l’intérêt qu’elle porte aux personnes âgées, elle ampute les 3 associations « ciblées » sur ces personnes (« Amitiés ‘Automne « , « Ligue Universelle du Bien Public », « A3A ») de 23% de leurs subventions ; sans oublier que, par ailleurs, le  CCAS, présidé par le maire, supprime en un temps record (3 mois) les aides mensuelles qui étaient traditionnellement allouées aux personnes âgées à faible revenus. Abstention pour l’ensemble des élus de l’opposition.

Le bilan des acquisitions et des entes immobilières de la commune en 2017 (Point 35) est sans appel : 6 millions € de cessions en 2017 ; déjà : 5 M€ en attente pour 2018 et l’abandon du projet d’achat du terrain Essilor qui sera acquis par la SIEM et non pas par la ville. Le patrimoine de la ville s’appauvrit, la fiscalité augmente, le prix des services publics également, …l’ensemble étant présenté avec des paroles « bienveillantes » et «flatteuses » à l’adresse des Saint-Mauriens.

Alors que la majorité municipale cherche partout à augmenter les recettes de la ville, on s’étonne vivement –et regrette- que le nouveau rassemblement de foodtrucks qui se tiendra du 21 au 23 septembre 2018 (Place des Marronniers) soit un coût pour la ville  (26 610€), et non, un gain comme on aurait pu s’y attendre (Point 41). En effet, alors que le chiffre d’affaires des prestataires atteint plusieurs centaines de milliers d’€, que l’association organisatrice est rémunérée, seule la ville supporte un coût, la seule compensation étant sa notoriété ! Et la convivialité, disent certains ….. encore faut-il consommer !

Parmi les autres « nouveautés » : l’instauration d’une taxe de séjour ((Point 15), le soutien aux usagers qui refusent des compteurs Linky  (Point 28) (mise à disposition d’une lettre-type sur le site de la ville)

Prochain Conseil municipal : 2ème quinzaine de septembre ( ?) à 19h

Elisabeth Bouffard-Savary

Rédigé le 10 juillet 2018