Saint-Maur, « cornérisée » par sa situation financière (Conseil municipal du 18 janvier 2018)

Voir également les Questions d’actualité du Groupe « Saint-Maur écologique et solidaire »

C’est ce qui clairement ressort de ce Budget Primitif  (Conseil municipal du 18 janvier 2018 Point 3 vote du budget primitif). Même si la situation est bien connue, elle ne cesse quand même de surprendre. Malgré tous les sacrifices financiers qui seront imposés aux Saint-Mauriens en 2018 : hausse de la fiscalité, hausses de nombreux tarifs (scolaire et péri-scolaire, stationnement, ..), réduction des services publics, nouvelles ventes de patrimoine municipal (12M€ en 2018 qui font suite au 30M€ déjà vendu depuis 3 ans), il faudra emprunter (10 M€ dont un premier montant de 5M€, à 5,73% ( !) dès janvier 2018) ; et tout ceci, pour juste maintenir les investissements à leur niveau 2017. Donc, rien de bien glorieux !

Et toujours l’amende SRU : 7M€ pour insuffisance structurelle de logement social, et non respect du Contrat de mixité-sociale, sorte de « session » de rattrapage ; 7M€, c’est l’équivalent de la Dotation Globale de l’Etat versée à la commune pour contribuer à financer les services publics ou l’augmentation des impôts locaux des Saint-Mauriens pour 2018.

 

On sait l’équation insoluble.

Même si la majorité municipale aime à noircir le tableau pour mieux s’auto-féliciter en fin d’année de résultats moins catastrophiques que prévus, l’Etat va cette fois s’en mêler plus étroitement puisque Saint-Maur, comme 340 autres collectivités va devoir contractualiser ses relations avec l’Etat et s’engager vers une très forte limitation de ses dépenses et surtout sur une trajectoire de désendettement en 12 ans.

Du débat, qui pour une fois est resté relativement « urbain », il ne sort pas grand chose. Lourd héritage financier du passé, insuffisance des investissements dans le passé, refus de construire du logement social, chacun partage le constat ; quant à la responsabilité, il en va différemment puisque de nombreux élus, en responsabilité aujourd’hui l’étaient lors de la précédente mandature ; le maire notamment.

La majorité municipale, en plus de la vente du patrimoine municipal, s’«attaque » aux augmentations tarifaires (cf ci-après), aux économies de fonctionnement y compris aux dépense de personnel, mais les économies les plus emblématiques sont absentes ; ainsi en va-t-il des dépenses de Fêtes-cérémonies-Information-Communication-Publicité. Et que dire, des services annoncés comme maintenus mais dont le budget diminue considérablement : « Sport à l’école » et des « Classes de découverte » en baisse 20% et de 30%, etc..

La priorité doit être d’assainir les finances municipales et de limiter à 5M€ (au lieu de 10 M€ prévus) l’emprunt pendant 1 ou 2 années. Nos propositions ? Réduire des dépenses, actuellement sanctuarisées par la majorité municipale : celle-ci doit donner l’exemple et renoncer temporairement aux indemnités que chacun perçoit, renoncer à sortir d’Infocom, reporter une partie des investissements prévus en 2018, et développer encore les travaux en régie quitte à renforcer la formation des agents territoriaux. Augmenter de 1 point de plus la Taxe Foncière (1 point équivaut env. 1,5 M€). Et, mutualiser les équipements collectifs, notamment au sein de l’Etablissement Public Territorial, comme cela a été fait pour la collecte des ordures ménagères : c’est un dossier auquel il faut s’atteler très sérieusement. D’autant que les équipements publics sont jugés surdimensionnés par la majorité municipale.

Vote Contre ce budget Primitif 2018 ; vote Contre également une subvention de 800 000€ pour les parkings souterrains, pour cause d’échec de la procédure de marche public ; Vote Contre l’augmentation des tarifs de stationnement résidentiel. Autant nous sommes favorables à ce système, autant il nous sommes opposés à ce qu’il soit utilisé comme « pompe à fric ». Vote Pour les hausses fiscales.

Autre point très important de ce conseil municipal : la révision de la grille de quotient familial pour les familles et celle des tarifs scolaires et périscolaires, avec un objectif, pour la ville d’augmenter de 800 000€ les recettes, et donc le coût pour les parents.

La grille de quotient passe de 7 à 10 tranches, avec la création de tranche pour les familles à très bas revenus (familles mono-parentales, notamment). Une démarche que nous soutenons, tout comme les fédérations de parents d’élèves. Par contre, la méthodologie de construction de cette grille reste « vague » : abstention.

Les tarifs ! Chaque service scolaire et périscolaire est l’objet d’une augmentation particulière, l’objectif de la majorité municipale étant un meilleur taux de recouvrement des Recettes/Dépenses. C’est ainsi que les conséquences attendues de la modification de la grille et de tarifs sont pour les tarifs d’accueil du soir (18h-19h), une multiplication des Recettes de 1,5 en maternelle et de 3,8 en élémentaire ; de 14 pour l’accueil du matin (7h30- 8h00). Pour tous ces projets, vote Contre pour cause de « brutalité » .

Dans d’autres cas, nous nous sommes abstenus considérant, les augmentations étant plus modestes (Exemple : +3,7% pour l’accueil du midi ; +7,8% pour l’Accueil de loisirs du mercredi) et affectant principalement, les tranches de revenus les plus élevées.

Prochain Conseil municipal : jeudi 15 février à 19h.

Elisabeth Bouffard-Savary

Rédigé le 23 janvier 2018

 

 

 

 

Copyright ©2018 pssaintmaur94.org
f t g m